La lettre de vente parfaite: un exemple concret
13 octobre 2014
Comment trouver un nom de marque ou de produit percutant ?
14 octobre 2014

Emailing: dix conseils pour écrire une newsletter efficace

Comment écrire une newsletter efficace? Quelles sont les techniques pour inciter l’internaute à ouvrir votre courriel? Suivez nos dix conseils pour réussir votre campagne de emailing. 

1) Ecrivez un titre accrocheur.
Si le titre n’est pas accrocheur, vous avez déjà perdu une bonne partie de votre lectorat. Il faut donner envie d’ouvrir le courriel, surtout si celui-ci n’a pas été sollicité. La concurrence dans la boîte de réception est rude: d’autres newsletters, des dizaines de mails et des centaines de spams. A ce sujet, vous pouvez consulter notre billet « 12 recettes pour écrire des titres accrocheurs ».

2) Mettez un rappel en introduction.
La plupart des autorépondeurs (style Aweber, Get Response ou Cybermailing) l’exigent désormais: rappelez que l’usager s’est inscrit à la newsletter et qu’il peut se désabonner à tout moment. La procédure de désinscription doit être placée à la fin de la newsletter. Si vous réalisez une campagne d’emailing sans l’accord des usagers, laissez-leur au moins la liberté d’indiquer d’un simple clic leur volonté de ne plus être dérangés par vos envois.

3) Dévoilez un sommaire.
Si votre newsletter est longue, proposez un sommaire sous forme de liste. Ce sommaire doit être cliquable, afin d’accéder aux rubriques sans avoir à défiler.

4) Rédigez un contenu de qualité.
Les internautes sont déjà trop sollicités. Si le contenu ne leur convient pas (peu de valeur ajoutée, pas d’informations intéressantes, mauvaise lisibilité, etc.), votre newsletter passera directement à la trappe. Gardez toujours à l’esprit que votre envoi, même s’il parle de votre actualité, doit avant tout rendre service au lecteur.

5) Limitez ce que vous avez à dire.
N’envoyez une newsletter que lorsque vous avez vraiment quelque chose à communiquer. Et allez à l’essentiel! Si le lecteur souhaite approfondir le sujet et en savoir plus, incitez-le à cliquer sur un lien donnant accès à votre site ou à votre blog.

6) Aérez au maximum le contenu.
Les usagers ont tendance à scanner la newsletter plutôt qu’à la lire. La toute dernière étude du groupe Norman Nielsen a même mesuré le temps moyen passé à scanner: 51 secondes. C’est pourquoi il est préférable de développer le contenu à l’aide de courts paragraphes, de titres et sous-titres différents.

7) Peaufinez la mise en page.
Certains sont adeptes des newsletters austères sans images ni mise en page, afin de minimiser les chances d’être repéré par les programmes anti-spam. Nous préférons rendre tout courriel agréable à l’œil. Après tout, si votre newsletter a été sollicitée, l’usager n’a aucune raison de la rejeter sous prétexte qu’elle contient des images. Aujourd’hui, les autorépondeurs proposent des modèles de mise en page visuellement agréables. Il ne vous reste plus qu’à les remplir avec vos textes et vos images.

8) N’abusez pas des images.
Les images ne sont pas forcément visibles par défaut chez tous les usagers: certaines entreprises ou certains programmes de messageries bloquent automatiquement les images d’adresses inconnues. C’est pourquoi il est toujours recommandé de proposer une version en texte html.

9) N’oubliez pas le «call to action».
Si votre intention est de proposer un produit, un service ou de solliciter une inscription à un concours, n’oubliez pas d’inclure un «call to action», c’est-à-dire d’inciter le lecteur à se comporter d’une certaine façon, en cliquant sur un lien, en s’inscrivant à une liste de diffusion ou en achetant à votre shop virtuel.

10) Incluez un degré d’urgence.
Une offre limitée dans le temps ou réservée aux 100 premières personnes inscrites, par exemple, joue avec l’aspect psychologique et incite plus facilement les internautes à passer à l’action et à cliquer.

 

Article rédigé par Steve Axentios. www.steveaxentios.ch